Accueil > Rencontre avec la sentinelle de l’Antarctique : le manchot empereur
Illustration de manchots nageant sous l'eau

Rencontre avec la sentinelle de l’Antarctique : le manchot empereur

Le manchot empereur est un oiseau marin unique. Alors que les autres espèces animales quittent l’Antarctique durant les périodes hivernales et que les autres oiseaux se reproduisent au printemps ou au début de l’été austral, le manchot empereur est la seule espèce animale à se reproduire en plein hiver austral en Antarctique. Découvrez les remarquables adaptations de cette espèce pour survivre à de telles conditions extrêmes.

L’Empereur de la banquise

Le manchot empereur est la seule espèce animale à passer l’année entière en Antarctique. Autre fait exceptionnel, il se reproduit en plein hiver, à la période où les conditions climatiques sont les plus rudes. Ce choix stratégique permet aux jeunes empereurs de s’émanciper en début d’été, lorsque les ressources alimentaires sont les plus abondantes. 

Son cycle de reproduction dure une grande partie de l’année puisqu’il s’écoule du mois de mars à décembre. Après deux mois passés en mer à constituer des réserves, les adultes empereurs font leur arrivée sur la banquise au début de l’hiver, lors de l’embâcle lorsque la glace de mer se forme. C’est à cette même période que les autres animaux quittent l’Antarctique à la recherche d’un climat plus clément. 

Tout savoir sur le Manchot Empereur et son mode de reproduction

Après avoir marché parfois plus d’une centaine de kilomètres sur la glace de mer, rangés en colonnes de centaines d’individus, les empereurs rejoignent leur colonie, souvent composée de plusieurs dizaines de milliers d’oiseaux. Il existe une soixantaine de colonies de manchots empereurs en Antarctique.

Les couples se forment ensuite et la femelle pond un unique œuf durant les mois de mai à juin. Cette ponte marque le départ de la colonie des femelles reproductrices, qui retournent se nourrir en mer, laissant ainsi le mâle incuber seul l’œuf. Le mâle assure l’incubation en maintenant l’œuf sur ses pattes, bien caché sous un repli de peau. Cette opération est particulièrement délicate car si l’œuf reste trop longtemps sur la glace, il gèlerait quasi instantanément.

Tout savoir sur le Manchot Empereur et son mode de reproduction

Les éclosions ont lieu durant le mois de juillet. Les femelles font alors leur grand retour à la colonie et nourrissent leur poussin par régurgitation du contenu de leur estomac. Elles peuvent assurer ce nourrissage durant environ un mois. Durant cette période, les mâles qui ont jeûné depuis plus de 4 mois et qui ont perdu parfois jusqu’à 45 % de leur masse initiale, doivent parcourir à leur tour la marche silencieuse de plusieurs kilomètres les séparant de l’eau libre. Ils peuvent alors chasser, faire des réserves et revenir nourrir leur jeune à la colonie. 

Les voyages des femelles et mâles reproducteurs, ces infatigables marcheurs, entre la colonie et les zones libres de glace se répètent plusieurs fois avant que les jeunes ne deviennent autonomes, en décembre lors de la débâcle. 

Cette période de reproduction durant l’hiver austral fait du manchot empereur l’un des homéothermes confrontés aux conditions climatiques les plus rudes de la planète. Comment fait-il pour survivre à de telles conditions extrêmes ?

Le champion incontestable de la survie en milieu polaire

Seul animal au monde capable de survivre à un tel environnement, cet oiseau est parfaitement adapté, tant au niveau de son anatomie que de son comportement. 

D’un point de vue anatomique, l’empereur dispose d’un éventail d’adaptations. Il est muni de quatre couches de plumes en forme d’écailles, d’une importante couche de graisse et d’un système sanguin lui permettant une isolation thermique exceptionnelle.

Tout savoir sur le Manchot Empereur et son mode de reproduction

Mais c’est également de ses adaptations comportementales dont dépend sa survie. Les manchots empereurs adoptent des postures leur permettant de limiter les surfaces corporelles exposées au froid. Ils reposent ainsi sur leurs griffes et leurs bourrelets plantaires, rentrent la tête dans leur cou et tournent le dos au vent.

De plus, très pacifistes, les empereurs sont l’un des rares oiseaux à ne pas être territoriaux. Cette spécificité, additionnée au fait qu’ils ne construisent pas de nid et couvent leur œuf sur leur patte, leur permet de se déplacer constamment au sein de la colonie afin d’adopter un comportement de thermorégulation sociale, indispensable à leur survie. En effet, les manchots empereurs se collent les uns aux autres, constituant d’impressionnantes masses très denses appelées tortues dans lesquelles règne un microclimat. Ce comportement permet aux individus du centre de se réchauffer et de limiter ainsi les pertes de chaleur. Ils permutent alors les uns avec les autres entre le centre et la périphérie de la tortue. 

Dès qu’ils deviennent indépendants thermiquement, les poussins expriment également ce comportement. Ils se regroupent alors en crèche et forment à leur tour des tortues de poussins leur permettant de survivre à des températures pouvant parfois être inférieures à -50 °C.

Aptenodytes Forsteri : des prouesses vocales et aquatiques

Outre ses exceptionnelles adaptations à l’hiver austral, cet oiseau présente d’autres capacités qui font de lui un animal unique. 

Tout savoir sur le Manchot Empereur et son mode de reproduction

Les manchots empereurs disposent par exemple de vocalisations propres à chaque individu. Cette signature vocale permet aux individus de la même famille de se reconnaître entre eux au sein d’une colonie composée de plusieurs dizaines de milliers d’individus. 

Par ailleurs, comme les autres manchots, les empereurs sont des oiseaux dépourvus de capacité de vol au profit d’exceptionnelles facultés aquatiques les rendant encore plus adaptés à leur environnement. En effet, les empereurs sont de fabuleux prédateurs marins, capables de plonger jusqu’à 500 mètres de profondeur et de rester en apnée jusqu’à 30 minutes. Ils utilisent leurs ailes comme des nageoires et leurs pattes ainsi que leur queue comme gouvernail pour se diriger. 

Le nom scientifique du manchot empereur, Aptenodytes forsteri, fait d’ailleurs référence à ces capacités car Aptenodytes vient du grec apteron qui signifie “sans aile” et du mot dytes qui signifie “plongeur”.

Comment reconnaître un manchot empereur d’un manchot royal ?

Le manchot royal vit dans un climat plus tempéré car il occupe les côtes des îles subantarctiques. Il nidifie dans des zones dépourvues de glace où l’accès à la mer est proche comme sur les plages. Il mesure 90 centimètres, alors que le manchot empereur mesure en moyenne 120 cm. Il se caractérise par un bec noir et orange ainsi qu’une tête noire munie d’une tache auriculaire orange vif. Ses poussins sont plutôt de couleur brune, alors que ceux de l’empereur sont gris clair avec la tête noire et arborent un masque blanc qui contourne leurs yeux.
Tout savoir sur le Manchot Empereur et son mode de reproduction
Tourisme : Nouvelle-Calédonie, vue rapprochée sur le lagon turquoise avec l'île du pin en arrière plan

PONANT vous y emmène

Tenter d’approcher l’empereur de l’Antarctique à bord du Commandant Charcot

À découvrir

Les brochures Ponant

Vous souhaitez en savoir davantage sur nos destinations d’exception ?

mockup-escales