Accueil > Immersion totale au coeur du Groenland

Immersion totale au coeur du Groenland

Raid polaire au Groenland pour les équipes Ponant à bord du Commandant Charcot

PONANT imagine un raid polaire à travers les immensités glacées du Grand Nord

PONANT aspire à créer des expériences toujours plus immersives, exclusives et porteuses de sens. Après avoir atteint le pôle Nord géographique accompagnée de scientifiques, la compagnie poursuit son exploration afin de proposer des moments toujours plus exceptionnels dans les mondes polaires. À la fin du printemps dernier, les équipes PONANT ont mis le cap sur la côte nord-est du Groenland et ses rivages englacés en cette saison. Leur mission : partir à la rencontre des populations inuites et se confronter à l’aventure unique du raid polaire.

Repérage en coopération avec les populations locales

Partir sur le terrain à la rencontre des populations, accompagné de guides locaux, afin d’expérimenter les nouveaux itinéraires, de s’assurer de la sécurité, de tester les expériences imaginées par les équipes, d’évaluer l’engagement physique et mental nécessaire est une étape essentielle avant d’inviter les passagers à devenir à leur tour acteurs de leur voyage. L’objectif cette fois-ci : quitter le navire pour un raid polaire de deux nuits au nord-est du Groenland en compagnie d’Ole, un guide inuitCette expédition inédite a été dirigée par Nicolas Dubreuil, Directeur des opérations chez SEDNA et spécialiste des expéditions polaires 

Le Commandant Charcot nous permet d’atteindre des contrées restées jusqu’ici inaccessibles, d’aller au-delà, de quitter le navire et d’explorer la destination plus en profondeur. De s’immerger davantage encore dans la culture locale des habitants du Grand Nord les plus isolés.

Benoît Carassou-Maillan

Directeur de la stratégie et du développement produit chez PONANT

Raid polaire au Groenland pour les équipes Ponant à bord du Commandant Charcot

L’aventure commence à bord : entre prise de contacts et prise de conscience

Ce lundi 23 mai 2022, les heureux élus franchissent la coupée1 du Commandant Charcot. Un groupe de collaborateurs PONANT aux profils très divers, toutes et tous en bonne condition physique, adeptes de la randonnée, accompagnés de guides expérimentés, spécialistes des communautés inuites et de la haute montagne. Parmi eux Ole, Groenlandais originaire de Kullorsuaq et expert de la banquise, ainsi qu’un médecin. L’humeur est sereine, décontractée. Sur les visages, des attentes et de l’expectative, beaucoup. Des préoccupations, des craintes, un peu, forcément. De l’excitation, énormément ! Celle d’être ensemble, à quelques jours de vivre, on le sait, une expérience singulière. Ces premiers instants sont l’occasion de faire connaissance. Des moments privilégiés pour créer un esprit d’équipe, fédérer le groupe.

Raid polaire au Groenland pour les équipes Ponant à bord du Commandant Charcot

À peine montés à bord que déjà l’aventure commence. Autour de la carte, sur la passerelle, centre névralgique du bateau, le commandant partage en temps réel ses réflexions afin de déterminer les sites possibles de débarquement et d’exploration. « Nous visons un site au pied d’un glacier sur la terre du roi Christian IX », indique le commandant Étienne Garcia. Cela devient très concret ! Et davantage encore lorsqu’en fin de journée, le bateau rencontre ses premières glaces. « On est dans l’inconnu, dans l’exploration », s’enthousiasme Benoît Carassou-Maillan. Il s’agit alors de composer avec les aléas inhérents aux régions polaires, de s’adapter et contourner pour trouver le floe qu’il faut. Et Ole de rappeler à l’équipe un ancien proverbe inuit : « Seuls les glaces et le temps sont maîtres. » Un inattendu qui pousse ici Le Commandant Charcot à faire route un peu plus au nord que prévu, l’occasion d’une incroyable navigation au cœur des glaces.

Première glisse sur la banquise

Finalement repositionné un peu plus au sud, Le Commandant Charcot s’immobilise sur une plaque de glace suffisamment grande pour pouvoir envisager un premier débarquement sur la banquise et une prise en main du matériel. Au programme : amarrage en zodiac, montage de tente et exercice de sécurité en cas de chute dans l’eau. Protégé par une combinaison étanche, chacun « se jette » à l’eau et s’exerce aux techniques pour remonter sur la glace à l’aide d’une corde. Pour se réchauffer, rien de tel que les jeux de force auxquels Ole les initie.

Raid polaire au Groenland pour les équipes Ponant à bord du Commandant Charcot

Le lendemain, débarquée sur un immense ice floe, l’équipe franchit un palier supplémentaire pour s’initier au ski nordique et au transport de la pulka, ce traîneau d’une vingtaine de kilos contenant de quoi assurer l’autonomie de chaque aventurier : nourriture, duvet, tente, gants grand froid, lampe frontale, pelle… Sitôt quitté Le Commandant Charcot, glissant en ligne dans la douce lumière d’un début de soirée, le groupe se sent vite grisé par une formidable sensation de liberté. Le décor est spectaculaire, entre vastes étendues blanches, crêtes de compression et pics enneigés. 

En deux jours, deux sorties et une intensité qui monte en puissance. « De quoi permettre aux explorateurs de se sentir plus à l’aise avant le grand départ », confie l’un des membres du groupe. Car, le lendemain, c’est le jour J. Rendez-vous sur le pont à 8h pour un briefing au petit-déjeuner avant de partir pour un raid polaire de trois jours et deux nuits, en autonomie, loin de tout, sur la banquise.

Raid polaire : le grand saut dans l’inconnu

Le Commandant Charcot trouve finalement l’endroit idéal pour lancer le raid polaire : en face du village le plus septentrional de la côte est du pays, à Ittoqqortoormiit, Itto pour les locaux : 400 âmes, soit un tiers de la population du Groenland oriental. Quelle vision fantastique que ce village pris dans la glace ! Pulkas alignées, skis chaussés, c’est l’heure du brief. Direction le village d’Unnartoq avant de revenir brièvement sur Itto pour repartir vers la montagne. Mais à vrai dire, là encore, « immaqa » comme dirait Ole, « peut-être » en inuktitut. À la nature de décider. Au contact de leur guide inuit, l’équipe apprend à vivre au présent, à profiter de l’instant. Et ce jour-là, toutes les conditions sont réunies pour partager une très belle expérience. Chacun son rythme. Il ne s’agit pas de faire la course mais de se retrouver entre « explorateurs ». De se retrouver soi-même. Un guide en tête, un autre pour fermer la ligne et l’opportunité, chacun son tour, de prendre la tête. Marcher-glisser 45 minutes, faire une pause, boire, manger un bout et… recommencer. Ce raid polaire est l’occasion pour chacun de s’immerger au cœur d’une nature inconnue et d’une culture ancestrale.

Raid polaire au Groenland pour les équipes Ponant à bord du Commandant Charcot

Jour 1 – Rencontres avec les Inuits sur la terre des ours

En route pour Unnartoq, ancien village de chasseurs encore habité. Le groupe progresse tranquillement sur la banquise. Une douce mise en jambe avant de sentir le terrain doucement s’élever le long d’une colline. Apparaissent alors les premières difficultés : dompter sa pulka à la montée… puis à la descente ! Bientôt, l’expédition arrive à Unnartoq. Ses maisons colorées surplombent une mer gelée. Quelques premiers villageois viennent au-devant des « visiteurs ». L’occasion d’échanger les premiers « Aluu, qanorippit ? » – « Salut, ça va ? ». Sur les balcons, des peaux d’ours sèchent au soleil. Des chasseurs rentrent avec leurs skidoos chargés de phoques. Des odeurs, des couleurs… Le groupe pénètre avec émerveillement dans le village, laissant le navire se fondre doucement sur la banquise.

Raid polaire au Groenland pour les équipes Ponant à bord du Commandant Charcot

À la sortie d’Unnartoq, sur un plateau dominant l’entrée du Scoresby Sund, ils décident d’établir leur premier campement pour passer leur première nuit polaire. Les binômes s’affairent. L’ambiance est chaleureuse. Le groupe s’unit davantage encore lors du montage des tentes et de la construction des bancs en glace pour s’installer pour le repas sous une tente commune. Les compagnons d’aventure partagent quelques instants privilégiés à la veillée auprès d’Ole qui leur fredonne quelques airs inuits traditionnels. Ou encore cette chanson que lui a dédié sa maman, une ode à la vie destinée à panser la blessure d’un frère disparu. D’émouvants moments de communion avant de regagner leurs tentes. Il s’agit alors d’organiser la ronde des tours de garde. « N’oublions pas que nous sommes en terre des ours », souligne un des guides. Chacun assure ainsi une veille, scrutant l’horizon des jumelles à la main. Une mission à prendre au sérieux et une expérience forte en émotions, presque irréelle, sublimée par d’intenses parenthèses de contemplation au cœur de la nuit polaire, à la lumière du soleil de minuit.

Raid polaire au Groenland pour les équipes Ponant à bord du Commandant Charcot

Jour 2 – S’éloigner, s’élever, se dépasser

Au lever au petit matin, les sourires éclairent les visages. Tout le monde semble se sentir à sa place, en sécurité, heureux d’être ensemble. Avec la neige, on prépare l’eau pour le petit-déjeuner. Ole murmure encore quelques-unes de ses douces mélopées, des instants partagés d’une rare complicité… Puis vient le temps de repartir. Après avoir goûté à l’excitation d’une première immersion polaire, l’équipe se dirige vers la montagne, sur les traces des chasseurs inuits. Tout autour, un paysage alpin et un silence étourdissant, à peine rompu par quelques aboiements de chiens de traîneaux dans la vallée. Ils longent un lac gelé recouvert de neige et parsemé de quelques abris de pêcheur. Il fait chaud. Le soleil brûle. Qui l’aurait cru ? L’effort se fait rude. Les pulkas se font plus lourdes. La ligne se brise et les écarts se creusent. Les têtes se baissent. On se soutient, on s’encourage. L’heure est à l’effort, à la solidarité et au dépassement de soi. Un véritable bras de fer mental ! Bientôt, le groupe perd de vue le navire. Les voilà enfin seuls face à l’immensité blanche et sauvage. Face à eux-mêmes. Perdre ainsi de vue le bateau, c’est retrouver sa juste place au sein de la nature sauvage : un paysage de banquise à perte de vue et, très loin, les montagnes striées du Scoresby Sund.

Raid polaire au Groenland pour les équipes Ponant à bord du Commandant Charcot

Mais pas de temps à perdre, il faut monter le camp, dormir et veiller aux ours : une certaine routine s’installe. Les gestes se font plus assurés, plus instinctifs. De la fatigue aussi sur les visages mais pas de quoi entamer la bonne humeur du groupe. Le dîner reste ce moment convivial où l’on échange des sourires, des rires, des conversations. On se dévoile un peu plus encore que la veille. 5h du matin… Les plus motivés s’équipent pour une dernière ascension avant de retourner au navire. Une montée à skis mais sans pulkas. Au sommet, encore des montagnes, encore des pentes enneigées, encore des sommets. C’est grandiose ! Il est temps de se préparer pour la dernière ligne droite jusqu’au Commandant Charcot. Le groupe s’offre d’abord un grand moment de luge, assis sur les pulkas, dans une descente de 250 mètres de dénivelé. Un pur régal !

Raid polaire au Groenland pour les équipes Ponant à bord du Commandant Charcot

Une aventure humaine avant tout

Ils reviennent progressivement à la civilisation. D’abord les hurlements des chiens, puis le bruit des skidoos et les maisons du village d’Ittoqqortoormiit. Le retour laisse un sentiment de nostalgie chez nos aventuriers, déboussolés par ce qu’ils viennent de partager. Dans le confort du navire, chacun est ailleurs. Encore un peu. Il leur faudra du temps pour revenir doucement de ce voyage dans le voyage. Quelques certitudes néanmoins : celle d’avoir vibré ensemble face à cette nature pure, puissante et sauvage au sein de laquelle nous ne sommes que de passage. Celle aussi d’avoir chacun grandi au contact de l’autre, nourri de la sagesse inuite, d’avoir partagé une expérience humaine unique, irréelle. L’aventure d’une vie !

Raid polaire au Groenland pour les équipes Ponant à bord du Commandant Charcot

Le soir posé dans un fauteuil de l’observatoire les yeux rivés vers l’extérieur, absorbés par la lumière du soir qui tombe sur une glace en feu, je m’imagine de l’autre côté de la vitre. L’espace d’un instant, privilégié parmi les privilégiés, j’ai l’impression de comprendre ce qu’il s’y passe.

Benoît Carassou-Maillan

Directeur de la stratégie et du développement produit chez PONANT

Découvrez notre reportage sur les coulisses de cette aventure humaine exceptionnelle :

Crédits : Julien Fabro / Morgane Monneret

Tourisme : Nouvelle-Calédonie, vue rapprochée sur le lagon turquoise avec l'île du pin en arrière plan

Explorez le Grand Nord avec PONANT

Naviguez vers les plus hautes latitudes lors d’un voyage d’exploration polaire

À découvrir

Les brochures Ponant

Vous souhaitez en savoir davantage sur nos destinations d’exception ?

mockup-escales
Des voyages d’exception et des escales confidentielles bientôt dans votre boîte email !
Inscrivez-vous à la newsletter PONANT