Accueil > La glace dans tous ses états !

La glace dans tous ses états !

Glaciers, banquise ou iceberg : reconnaître les formations de glace

Tout savoir sur les différents types de glace

Glaciers, icebergs, banquise. Toutes les formations de glace sont majestueuses mais différentes. Certaines sont composées d’eau douce, c’est-à-dire de neige transformée en glace, et d’autres d’eau de la mer qui gèle. Voici les points essentiels à connaître pour les différencier.

LA GLACE D’EAU DOUCE :
quand la neige se transforme en glace terrestre

Tout savoir sur le Manchot Empereur et son mode de reproduction

La glace terrestre se forme sur un socle rocheux par l’accumulation de la neige qui se densifie. Cette zone est nommée zone d’accumulation. Egalement appelée glace continentale, elle est donc constituée d’eau douce. Sur terre, elle forme des glaciers dont les noms varient selon leur étendue (par exemple, inlandsis ou calotte glaciaire).

En Antarctique, les glaciers peuvent parfois s’étendre en formant de très grandes plateformes de glace, ancrées sur le continent, qui se prolongent en flottant sur la mer. Elles se nomment ice-shelves (barrières de glace) et peuvent atteindre des superficies de plusieurs milliers de kilomètres carrés et des hauteurs de plusieurs dizaines de mètres. À son extrémité, l’ice-shelf forme une véritable falaise verticale de plusieurs dizaines de mètres de hauteur (par exemple la barrière de glace de la mer de Ross ou celle de Larsen en mer de Weddell).

L’iceberg tabulaire, caractéristique de l’Antarctique, est issu d’une cassure de la plateforme de glace qui se détache pour flotter librement sur l’océan. Il forme alors une impressionnante masse de glace flottante de forme plate de parfois plusieurs centaines de kilomètres de long.

Tout savoir sur le Manchot Empereur et son mode de reproduction

QUELS SONT LES DIFFÉRENTS TYPES D’ICEBERGS ?

C’est du front des glaciers que se forment les icebergs. Ce sont des blocs de glace qui se détachent des glaciers et dérivent ensuite sur la mer. Le phénomène de rupture du glacier pour former un iceberg se nomme vêlage.

Il existe une classification des icebergs selon la taille :

  • les plus gros sont nommés « géants »
  • les plus petits se nomment bourguignons ou growlers (dont la hauteur au-dessus de l’eau est inférieure à 1 mètre et d’une longueur inférieure à 5 mètres).

Si la surface émergée de l’iceberg est celle qui est visible, elle ne constitue généralement que 20 % de la surface totale du bloc de glace. Les icebergs en dérive dans l’océan peuvent mettre plusieurs années à se désagréger avant de disparaître.

LA GLACE DE MER :
lorsque l’eau salée gèle

Tout savoir sur le Manchot Empereur et son mode de reproduction

LA FORMATION DE LA BANQUISE : LES ÉTAPES DE L’EMBÂCLE

Le phénomène de formation de la banquise, nommé embâcle, se déroule en plusieurs stades.

  • Formation du frasil : lorsque la température de l’eau de mer diminue durant une longue période, de petits cristaux d’eau salée apparaissent et fusionnent.
  • Formation de la glace en crêpe ou pancake ice : les cristaux s’agrègent pour former de petites plaques arrondies qui flottent. Elles peuvent être de différentes tailles (petits, moyens ou gros pancakes).
  • Formation des floes : les petites plaques de glace s’agrègent et forment de plus grandes plaques qui se cimentent pour former la banquise.

Si l’eau douce gèle à 0 °C, la température de congélation de l’eau de mer est inférieure à 0 °C et varie selon son degré de salinité : le sel retarde la solidification de l’eau. La glace composée d’eau douce se forme donc plus facilement que la glace d’eau de mer. Enfin, l’eau de mer perd une grande partie de son sel en gelant : la banquise est donc peu salée.

Tout savoir sur le Manchot Empereur et son mode de reproduction

LA BANQUISE ANNUELLE ET PLURIANNUELLE

La banquise annuelle se forme en hiver, lorsque les températures sont les plus basses. Lorsque les températures remontent, la banquise saisonnière fond : c’est la débâcle.
On rencontre donc généralement de la banquise annuelle, c’est-à-dire d’un an d’âge et d’environ 1 à 2 mètres d’épaisseur. Il existe également un type de banquise pluriannuelle, qui ne fond pas tous les ans. Son épaisseur peut atteindre plusieurs mètres.

La banquise permanente est vitale pour plusieurs raisons : elle représente un habitat indispensable pour de nombreuses espèces, protège les côtes de l’érosion puisqu’elle constitue une barrière contre les tempêtes et les vagues et est vitale pour les populations Inuits qui en dépendent en Arctique pour la chasse, l’élevage et la pêche.

Enfin, il existe une distinction entre la banquise dite côtière (fast ice) et la banquise dérivante (drift ice ou pack ice). La première est fixe et reste à l’endroit où elle s’est formée, souvent le long des côtes. La seconde dérive par l’effet du vent et des courants.

Certaines zones libres de glace nommées polynies peuvent se former au sein de la banquise proche des côtes. Elles sont liées à des courants marins qui remontent de l’eau plus chaude en surface ou à une zone de fragmentation de la banquise (par exemple due à un régime de vent persistant).

Navire Le Commandant Charcot : vue aérienne, en train de naviguer entre les plaques de banquise

Naviguez au coeur des glaces

Explorez les régions polaires à bord du Commandant Charcot

À découvrir

Les brochures Ponant

Vous souhaitez en savoir davantage sur nos destinations d’exception ?

mockup-escales