Accueil > Rencontre avec Ted Cheeseman
Ted3-resize

Rencontre avec Ted Cheeseman

Exploration, baleines et science participative

Guide de voyage expert de l’Antarctique et doctorant en biologie marine, l’Américain Ted Cheeseman a fondé la plateforme Happywhale en 2015 : un outil de recherche participatif dédié à l’étude des baleines. En décembre 2021, il a voyagé à bord du Commandant Charcot pour réaliser des observations de cétacés et faire connaître ce projet collaboratif aux passagers PONANT. Retour d’expérience.

Quel est l’objectif de l’application Happywhale ? 

Happywhale est une plateforme de recherche collaborative et de science citoyenne autour des baleines. Elle permet à chacun de contribuer à une meilleure connaissance de ces fascinants animaux.

Le fonctionnement est très simple : chaque personne qui observe une baleine dans la nature peut la prendre en photo et nous envoyer son image, en précisant la date et le lieu de la rencontre. Nos outils de reconnaissance d’images (fondés sur l’intelligence artificielle) sont alors capables d’identifier l’individu photographié. Cela alimente notre base de données destinée aux scientifiques. Et si cette baleine est à nouveau observée plus tard, nous informons le contributeur. Celui-ci peut donc suivre le voyage de « son » spécimen et comprendre sa migration.

Nos outils fonctionnent actuellement pour les baleines à bosse et les cachalots, nous espérons l’étendre à d’autres espèces dans un avenir proche.

Zoom sur Happywhale

Fondée en 2015, la plateforme Happywhale s’appuie sur un constat : les spécialistes de biologie marine manquent souvent de données… alors que le grand public produit une quantité massive de photographies des mondes marins et sous-marins. Il faut donc provoquer la rencontre de ces deux mondes ! L’outil Happywhale permet à tout un chacun de proposer des photos de cétacés, et rend ces clichés utilisables par les scientifiques grâce à des outils numériques de pointe. La base de données comprend aujourd’hui 60 000 individus distincts appartenant à l’espèce des baleines à bosse.

Comment peut-on identifier une baleine ?

On recherche d’abord son « souffle », le jet provoqué par son expiration. Ensuite, on observe la forme de son corps, son aileron dorsal, son comportement. Grâce à nos nombreuses années d’expérience, nous sommes généralement capables d’identifier une espèce très rapidement, mais nous utilisons parfois des ouvrages d’aide à l’identification. Comme le très bon Handbook of Whales, Dolphins and Porpoises of the World de Mark Carwardine, par exemple.

La science participative autour des baleines

À quoi servent ces observations ?

Elles permettent de mieux comprendre les baleines, mais aussi leur place dans l’écosystème marin. Par exemple, nous savons que les baleines présentes dans les eaux de l’Antarctique au début du XXe siècle, avant les dégâts causés par la pêche industrielle, consommaient des quantités massives de krill. Une conséquence logique de la réduction des populations de baleines devrait être une augmentation des volumes de krill présents dans la région. Pourtant, on a observé le contraire : le krill a disparu en même temps que les baleines ! En étudiant ce paradoxe, nous avons appris que les baleines jouent un rôle de recyclage des nutriments et de fertilisation des océans.

Cette découverte est très importante car elle améliore notre compréhension de la santé des océans, du cycle des nutriments marins, et même de l’équilibre mondial de la production de carbone. Les baleines participent littéralement à réguler le climat de la planète !

La science participative autour des baleines

Cette carte représente l’itinéraire du navire au début du mois de décembre, et indique les lieux où des photos de mammifères marins ont été prises pendant ce voyage. 

Découvrez toutes les observations en ligne

 

Retrouvez sur le profil PONANT de la version en ligne de l’application Happywhale toutes les photos et les détails de chaque observation effectuée sur un navire de notre flotte depuis 2019. 

Les données récoltées à bord sont-elles analysées ensuite ?  

Absolument. C’est tout l’intérêt. La science ne se résume pas au seul moment de la découverte. Elle s’inscrit dans la durée, pour faire émerger une vraie compréhension. D’ailleurs les passagers nous ont réservé un accueil chaleureux et ont témoigné d’un fort intérêt pour nos recherches. Ces explorations peuvent avoir un impact profond et durable sur les voyageurs.

Les opérateurs de croisières touristiques ne peuvent pas égaler les capacités d’une expédition purement scientifique. Mais ils peuvent aider la recherche en fournissant des plateformes qui soient à la fois utiles aux scientifiques et éducatives pour le grand public. Ces opportunités doivent être saisies au maximum.

PONANT souhaite mettre Le Commandant Charcot au service des scientifiques qui étudient les mondes polaires. Je trouve que c’est une idée pleine de potentiel, car le navire parcourt des itinéraires assez inhabituels en Arctique et en Antarctique… Cela devrait favoriser des découvertes intéressantes. Je suis très heureux de participer à cette aventure. Surtout qu’elle correspond tout à fait à l’ADN de Happywhale : soutenir la découverte scientifique et la partager avec le grand public.

 

La science participative autour des baleines

Bonne nouvelle pour la biodiversité

La reconstitution des populations de baleines est l’une des meilleures nouvelles environnementales du moment. Il faut quand même être prudent : de nombreuses menaces pèsent encore sur les baleines. Mais le fait que ces espèces n’aient pas toutes disparues est en soi un miracle, étant donné l’ampleur de la pêche baleinière au cours des 110 dernières années.”

 

Ce type d’outils collaboratifs permet-il de mieux sensibiliser aux questions environnementales ?

Bien sûr. C’est un outil puissant, car elle constitue à la fois une source de données pour la recherche et un moyen d’appropriation par le public. Lire un article sur des événements qui se passent à l’autre bout de la planète, c’est bien… mais cela n’aide pas le lecteur à comprendre quel rôle il peut jouer pour préserver l’environnement. Participer en prenant une photo et en recevant des nouvelles de la baleine rencontrée, c’est beaucoup plus personnel et convaincant.

En savoir plus sur Ted Cheeseman

“Mes parents étaient biologistes et guides-naturalistes, j’ai donc passé mon enfance à les suivre dans leurs safaris. Une excellente école pour découvrir la nature et les animaux !  Après plusieurs années d’études en biologie, je suis devenu organisateur et guide d’expéditions en Antarctique. En 2015, je me suis tourné vers l’étude des baleines, et je termine actuellement une thèse consacrée aux baleines à bosse.”

Crédits photos : ©Ted Cheeseman / ©PONANT/Nick Rains / ©Studio PONANT/Morgane Monneret

Tourisme : Nouvelle-Calédonie, vue rapprochée sur le lagon turquoise avec l'île du pin en arrière plan

Observez la faune marine avec PONANT

Participez à l’étude des océans lors de votre croisière d’expédition

À découvrir

Les brochures Ponant

Vous souhaitez en savoir davantage sur nos destinations d’exception ?

mockup-escales