Un Voyage au Nicaragua au Rythme de l'Eau : Lac, Rivière et Volcan | Magazine PONANT

Zoom sur 5 “eaux” lieux

Plus grand pays d’Amérique centrale, le Nicaragua est tout entier dédié à l’élément liquide. Lacs, lagunes, fleuves, littoraux et rivières : l’eau est partout. Escales vous emmène à la découverte d’une des régions les plus “arrosées” de la planète.
1.
Le lac Nicaragua

Outre le fait d’être la plus grande réserve d’eau douce d’Amérique centrale, Cocibolca (son nom indigène qui signifie « mer douce ») a l’autre particularité d’abriter des espèces marines, dont des requins, des espadons et des tarpons… Oui, des poissons de haute mer ! Ces espèces ssurvivent en eau douce grâce à l’évolution de leur environnement. Le lac de Managua au nord-ouest et le Nicaragua constituaient une baie océanique avant qu’une éruption volcanique ne les enferme dans les terres, formant ces deux lacs reliés par la rivière Tipitapa. Les poissons de mer pris au piège durent s’adapter à mesure que l’eau devenait douce. Au delà de sa faune incroyable, le lac possède bien d’autres attraits dont les magnifiques volcans qui l’entourent, ses nombreuses îles et sa végétation luxuriante.

2.
L’île d’Ometepe

Parmi les plus grandes îles du lac Nicaragua (qui en compte plus de 200), on compte Ometepe avec ses deux volcans – Concepcion et Maderas -, ses villages isolés et ses communautés installées au bord de l’eau. On raconte que le secret de l’éternelle jeunesse des insulaires réside dans les eaux de l’Ojo de Agua. Il s’agit d’une source d’eau d’origine volcanique extrêmement riche en minéraux. Les bienfaits sur le corps et l’esprit se ressentent dès la première plongée dans cette piscine naturelle et fraîche.

3.
Le Maderas

Le second volcan d’Ometepe (à 1 394 m d’altitude) est en réalité « un volcan d’eau ». On ne lui connaît aucune activité volcanique récente, à savoir depuis que l’histoire les recense. Son cratère est constitué d’un petit lac accessible depuis seulement une soixantaine d’années. Avant, les îliens considéraient leurs volcans habités par des esprits malins, voleurs d’enfants… Il valait donc mieux rester à distance de ses flancs et sommets. Une légende certainement entretenue par les colonies de singes hurleurs à la silhouette noire qui accompagnent l’ascension du volcan.

4.
Le fleuve Rio San Juan

Cordon ombilical entre le lac Nicaragua et l’océan Atlantique, le Rio San Juan irrigue le pays en mythologie. Il a vu les conquistadors établir leurs forteresses dont la plus connue à ce jour est celle d’El Castillo, village bien nommé, accessible uniquement par bateau. Il a vu passer les pirates des Caraïbes qui venaient piller Granada, la ville coloniale de la rive nord-ouest. Il a vu les chercheurs d’or américains, dans la seconde moitié du XIXe siècle, jalonner son parcours long de 200 km. Enfin, il a vu des hordes de requins marteaux remonter le fleuve tels des saumons. Mais s’il pouvait parler, le fleuve dirait à ses hôtes de débarquer à Indio Maiz, une des plus grandes réserves naturelles d’Amérique centrale qui épouse ses rives.

5.
La lagune d’Apoyo

Apoyo était un volcan dont l’éruption, il y a quelque 20 000 ans, aurait créé la lagune dont les eaux arborent 28 °C toute l’année. Un endroit idéal pour la baignade, donc, situé entre les deux grands lacs du pays (Nicaragua et Managua). Mais au-delà de ses plages volcaniques sublimes, Apoyo est cerclé d’une extraordinaire forêt tropicale où les iguanes verts caressent les pieds des randonneurs distraits.

Tiraillé entre deux mers, le Nicaragua ne dévoile ses charmes qu’aux voyageurs aguerris. Avant la beauté, la nature y impose d’abord sa puissance, et le pays de raviver tous les enthousiasmes, comme l’écrivait Ruben Dario, son poète national.


PONANT vous y emmène

Embarquez pour une croisière au coeur de l’Amérique centrale.

Découvrir

icon-instagramSuivez-nous sur Instagram

Pin It on Pinterest